Valoy Conseil

Le cycle de la performance : Le cas TESLA

Si la crise sanitaire actuelle est rude pour certains, d’autres ont trouvé des solutions pour s’en sortir.

C’est le cas de Tesla, le célèbre constructeur automobile californien qui a réalisé un chiffre d’affaires historique. Retour sur ce pari réussi.

En quoi consistele cycle de la performance ? 

En entreprise, la performance n’est pas de mise. Il s’agit même d’un point essentiel de la stratégie entrepreneuriale. En effet, toute entreprise se doit de générer un chiffre d’affaires pour continuer à vivre et progresser. Sa rentabilité dépend de sa performance, illustrée par sa production.

C’est ainsi qu’intervient le cycle de la performance. Celui-ci se décompose en trois étapes :

  1. Réduire les coûts pour améliorer la rentabilité
  2. Augmenter les volumes de vente pour générer du CA
  3. Augmenter sa capacité de production sans augmenter les coûts pour augmenter les bénéfices

Il est primordial d’agir sur ces 3 leviers pour augmenter les bénéfices et connaître ainsi une croissance de l’entreprise. Si l’on se concentre seulement sur un de ces trois leviers, les résultats ne seront pas ou peu au rendez-vous de façon pérenne. Tesla l’a bien compris et a ainsi appliqué cette stratégie à la lettre, non sans succès.

Quand Tesladevient rentable

Le constructeur de voitures électriques TESLA peut se vanter d’avoir dégagé pour la première fois de son histoire un bénéfice net à l’échelle d’une année. En effet, mercredi 27 janvier 2021, l’entreprise américaine a annoncé un résultat net annuel de 721 millions de dollars, soit 596 millions d’euros contre une perte nette de 862 millions de dollars en 2019, soit 713,3 millions d’euros. Si la crise sanitaire s’est avérée fatale pour de nombreux constructeurs automobiles, elle en a hissé d’autres au sommet.

Zoom sur l’année 2020. Tesla affiche un chiffre d’affaires à 31,5 milliards de dollars (26 milliards d’euros) en hausse de 28 % par rapport à 2019, avec un bénéfice net de 721 millions de dollars. « L’année écoulée a été transformatrice pour Tesla. Malgré des défis mondiaux imprévus, Tesla a dépassé de nombreuses tendances observées ailleurs dans l’industrie en augmentant de façon significative les volumes de vente, la rentabilité et la génération de liquidités », se félicite la société. Le cycle de la performance a été adopté et les résultats ont été visibles.

C’est un moment historique pour le constructeur de voitures électriques américain qui connaît enfin la rentabilité sur une année entière ! Du jamais vu. L’entreprise se voit donc très satisfaite de l’augmentation de ses volumes et de la rentabilité. Plus de liquidités ont été générées. Cette augmentation est aussi due aux autres firmes automobiles qui ont acheté au constructeur des crédits-carbone et des droits à polluer pour un montant total de 2,24 milliards de dollars, représentant un cinquième de son chiffre d’affaires.

Et après ? 2022 promet d’être prolifique. En effet, si Tesla ne s’est pas prononcé sur ce sujet, un grand nombre d’analystes l’ont fait et ont prévu une production d’un million de véhicules d’ici 2022. Beaucoup d’unités promettent donc d’être livrées pour l’année prochaine. Tesla prévoit d’augmenter ses ventes de plus de 50 % en 2021 grâce à la Model Y et les Model S et X restylées. Mais ce n’est pas tout… La société mise également sur le Semi, le fameux poids lourd électrique connu dès 2017, produit prochainement dans la future Gigafactory d’Austin au Texas. Et pour couronner le tout : l’entrée en service de la Gigafactory de Berlin, avec des travaux qui avancent. L’entreprise n’a donc pas fini de progresser.

Conclusion :Travailler son cycle de performance est la clé de la rentabilité

Le constructeur automobile n’est certainement pas une exception. Il est possible de réussir en suivant ce cycle de performance, et en l’adaptant selon ses besoins et priorités.

Demain n’appartient qu’à vous !