Valoy Conseil

Vous aussi vous voulez dégager 5 à 10 % de résultat net tous les ans et pérenniser votre entreprise ? Réduisez vos coûts !

La crise sanitaire de la Covid-19 a profondément touché le secteur économique. Plus que jamais, le défi qui se présente aux entreprises consiste à maintenir un haut niveau de compétitivité par rapport à la concurrence… et surtout, rester en vie !

Bâtie en 2009, l’usine de la PME Océan délices est spécialisée dans la production de charcuterie de la mer. Située à Boulogne-sur-Mer, cette entreprise connaît aujourd’hui un franc succès.

En effet, il n’y a pas si longtemps, entre 2010 et 2015, la PME a rencontré des problèmes de rentabilité. Ces derniers étaient liés à une marge brute insuffisante. Ne sachant alors plus quoi faire pour redresser sa situation, Océan délices a réussi à reprendre le cap.

Ce revirement a demandé une vraie remise en question qui s’est révélée bénéfique. Elle a permis la réussite de la transformation de l’entreprise jusqu’à la génération de résultats et ce, de façon pérenne. Ainsi, aujourd’hui Océan délices est reconnue pour son savoir-faire notamment en matière de technologie culinaire et est davantage en capacité à se confronter à la crise.

Comment renouer avec les bénéfices ?Inspirons-nous d’Océan délices !

La transformation d’Océan délices s’est réalisée en trois temps. Le premier problème à résoudre a demandé de s’attaquer d’abord à la réduction des coûts. Ce travail a permis d’identifier rapidement les pertes et de se concentrer sur une main-d’œuvre directe, voire indirecte, dans le but d’améliorer la productivité de l’entreprise et arrêter l’hémorragie.

 Ensuite, le problème numéro 2 a consisté à travailler sur l’organisation des encadrants. C’est le cœur du pilotage de la performance industrielle au quotidien. Ils sont moteurs de la transformation de l’entreprise. Cette étape n’est donc pas à négliger. Ce sont les encadrants qui véhiculent les changements. Le niveau de leur implication est donc clé, soyons-en certains !

Enfin le problème numéro 3 a été bien évidemment d’améliorer l’efficience de la PME. L’objectif étant d’augmenter la capacité de production sans augmenter les coûts. Et c’est une réussite. En effet, pour Océan délices il est aujourd’hui possible de générer du chiffre d’affaires supplémentaire et d’augmenter ainsi les résultats de l’entreprise.

Réussir la conduitedu changement

Ainsi vous l’aurez compris, le principal facteur de la performance industrielle sur lequel nous devons agir c’est avant tout le facteur humain. Aussi, la réussite de la transformation dépend de la réussite de la conduite du changement d’où la nécessité aussi d’agir au niveau de l’encadrement. Chaque homme est clé et moteur dans ce nouveau cap. Sa rapidité dépend d’eux. Et en temps de crise, c’est un facteur non négligeable…

REMERCIEMENTS  :

Un Grand merci à Guillaume et Alain DUCAMP dirigeants d’OCEAN DELICES.

Merci également aux professionnels qui ont apporté leur expérience et leur point de vue, ainsi que leur temps précieux et qui m’ont permis de rédiger ce premier article.

Président TOBEFRESH (Baptiste BAYART), Directeur usine Marcopolo Foods (Dominique TRICOTE), Directeur Général Adjoint chez NOVOLYZE (Arnaud VALEMBOIS), Association Projets Métiers (Michel BOURVON),General Manager chez CHÂTEAU DU BREUIL S.A.S (Didier BEDU) ; Directeur Performance industrielle Groupe RIANS (Pierre RENOUX), DG à La Maison du Biscuit (Kevin BURNOUF), Président chez Nbread-Process (Olivier PAURD), Président chez Brasserie Lilloise (Olivier DE BRUEKER), CEO TEMBIOTTE (Albert BELLAIZE) ; PDG Atavik (Nicolas NOLF), Philippe GUERIN, Experte Végane - Transformation et commercialisation (Florence DUSSEAUX), Consultant (Raymond SAGEAUX), Ingénieur agronome (Xavier LEPRINCE)